Théorie situationniste (1959)

Ce doit être une vieille revendication de l’esprit humain, refuser cette dure nécessité vulgaire : on ne peut être à la fois avec telle ou telle femme, à la mer et à la montagne, ivre mort et lisant Hegel, dans la procession et la regardant passer, dedans et dehors. (Et pourtant, il faudrait…)

Voi aussi que cette spécialisation dans l’espace se retrouve dans les époques traditionnelles de la vie (jeune et mûr, etc.)

D’où l’attirance de l’art intégral, du baroque multipolaire, de la « situation ». L’idée en l’urbanisme de « supprimer les marges frontières » (I.S. 2) ; le charme de la rencontre de la forêt et de la mer, de la carte du Larousse (I.S. 1).

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1308749779.jpg

 

Note inédite de Guy Debord, 1959.

This entry was posted in Internationale situationniste and tagged , , . Bookmark the permalink.